Souvenirs

La force francophone

Transcription
Souvenirs On est désorienté, on est perdu, pis y nous manque quelque chose. J'sais ben, c'est peut-être l'idée d'être tellement habitué d'être avec des copains, puis… Je sais pas, c'est… c'est… Mais c'est… pour être dur, c'est dur. C'est très dur. Pis j'ai commencé à poser ben des questions pis d'me dire à moi-même : « Combien de bombes à peu près que j'ai mis à bord d'un avion, pis combien d'innocents qui ont été tués en Allemagne par ça. » Ça, ça… Ça a dérangé. Ouais… Ça a dérangé beaucoup beaucoup beaucoup. Parc'que les faits sont là, c'est… there, it’s . . . Y’know, you don’t bomb a country and, like T'sais, tu bombardes pas un pays pis, pareil comme c'qui est arrivé à Hiroshima pis Nagasaki, hein ? Y a pas seulement qu'des soldats qui sont morts là, ty'a des familles complètes, des enfants, une affaire terrible. Fait qu'nous autres, c'était la . même chose. Si on avait deux squadrons nous autres, de vingt-sept avions… par squadron fait qu'ça fait cinquante-quatre – supposons que y en avait toujours à peu près soixante pour cent qui montait, pis qu'y ont chacun seize bombes de cinq-cents livres, ça fait du méchant feu ça. Y a des fois, ben, qu'y avait des bombes de deux-mille livres, pis des fois ben… c'tait des deux-cent-cinquante quand… y allaient bombarder en avant des troupes pour « nettoyer », comme y disaient là, pour nettoyer le ch'min en avant des troupes. Des deux-cent-cinquante… D'ailleurs, c'qui est arrivé une fois, c'est que, malheureusement, on a plusieurs de nos p'tits Canadiens qui ont été bombardés par… Y ont été tués par nos propres bombes parc'que y étaient avancés plus loin que… plus loin qu'y étaient au courant, pis c'est des choses qui arrivent, c'est des accidents. 60 ans plus tard… je me sens comment ? Même aujourd'hui, des fois, c'est très dur. Moi, le temps le plus dur pour moi, c'est la parade du 11 novembre. Quand les clairons partent, c'est… Justement on a eu une funérailles, v'là une dizaine de jours là, mon copain là, Gaston Gleason, qui est mon voisin au camp… qui était mon voisin au camping aussi là, pis y'a eu une funérailles légionnaire. On était tout… On d'vait être à peu près… ah… une cinquantaine, en uniforme de légion, avec toutes les médailles, pis quand le type en avant a sorti l'clairon là… Sacrifice… « Pourquoi nous ? » J'ai aucune idée... J'm dit tout le temps, d'une année à l'autre, ça va s'passer, mais ça fait soixante ans pis c'est encore pareil. Pis là, là, ça s'en vient. Va falloir passer au travers une autre fois.
Description

M. Croteau nous exprime avec émotion comment il se sent lorsque la guerre est terminée et qu’il doit revenir à la vie normale. Il exprime ses sentiments à propos du jour du Souvenir qui revient chaque année…

Herman Croteau

M. Herman Croteau a grandi au sein d’une famille de 18 enfants à Victoriaville. Son père ayant dû vendre sa boucherie, la famille s’est installée à Drummondville au Québec. Il a étudié au collège de Saint-Frédérick de Drummondville. Lorsque la guerre se déclara, il voulait devenir mitrailleur sur un avion, mais sa vue l’en empêcha. Il obtint plutôt un poste d’armurier; il devait donc emplir les avions de munitions plutôt qu’en vider les mitrailleuses ! Posté dans le Yorkshire (Angleterre) et rattaché aux escadrilles 426 et 408 (Thunderbird et Goose), il travailla durant la guerre à emplir les avions de leur cargo de bombes et il y resta après la guerre pour détruire les bombes défectueuses. Les histoires qu’il nous raconte sur son vécu durant la guerre sont remplies d’émotions et portent à réflexion.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Durée :
3:03
Personne interviewée :
Herman Croteau
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Canada
Branche :
Aviation
Unité ou navire :
Escadron 426
Occupation :
Armurier

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :