Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Partager cet article sur:

« J’ai adoré faire partie de la Marine », affirme Richard MacCallum.

Inspiré par son grand-père, qui a servi dans la Marine royale du Canada pendant la Seconde Guerre mondiale, Richard MacCallum s’est enrôlé en 1971. Son service l’a conduit aux quatre coins du monde, de l’Écosse à l’Australie, et dans tout le Pacifique. « Je suis allé à Hawaï six fois, dit-il, ainsi qu’en Nouvelle-Zélande, aux Tonga, aux Fidji, aux Philippines et dans de nombreux autres pays. »

« La camaraderie était un élément essentiel de la vie à bord, se souvient-il. Tout le monde prenait part au travail, chacun avait son propre rôle important à jouer. »

Après avoir été libéré du service en 1989 en tant que maître de deuxième classe, il s’est installé à Brampton, en Ontario, où il a travaillé dans le secteur de l’aérospatiale. Deux ans plus tard, il a déménagé à St. Catharines pour prendre soin de sa mère. Là, il a démarré une entreprise de rénovation et de réparation de maisons, qu’il a dirigée jusqu’en 2012. En 2016,

Richard a déménagé à Ottawa pour prendre part à l’essor de la construction domiciliaire dans la capitale nationale, où il habite depuis.

Peu de temps après son arrivée, des organismes de vétérans ont approché Richard pour aider à soutenir le programme Innercity Veterans Outreach and Support (IVOS), de l’organisme Ottawa Innercity Ministries. Impressionné par le programme, il a accepté de fournir son aide, veillant à placer les vétérans dans des logements en fonction de leurs besoins et voyant au bon déroulement général du programme. Cela signifie notamment maintenir en bon état l’ancienne église qui abrite le programme et effectuer d’autres travaux comme le carrelage de la cuisine. « C’est ma mission de faire tout ce que je peux pour aider les vétérans, affirme-t-il. J’adore ce programme. »

Le soutien et le respect mutuels dont il est témoin dans le cadre du programme IVOS rappellent à Richard la culture militaire qu’il appréciait tant. « C’est une culture distincte, souligne Richard. Les fondements en sont la confiance et le respect. »

Le programme IVOS offre une halte hebdomadaire pour les vétérans sans abri et à risque dans le centre d’Ottawa, où ils peuvent venir déguster de la nourriture et des boissons chaudes, en plus de profiter de la camaraderie, des activités récréatives et de l’accès à des livres, à des téléphones et à des ordinateurs. Deux fois par semaine, le programme Door Outreach permet aux vétérans dans le besoin de se présenter au bureau de la rue Gladstone pour recevoir de la nourriture, des vêtements et d’autres fournitures de base.

Le volet le plus important de l’IVOS est son initiative Street Outreach. Chaque jour, des équipes de bénévoles de l’IVOS arpentent les rues et les parcs d’Ottawa à la recherche de vétérans dans le besoin. « Nous commençons par poser une question simple : ‘Avez-vous servi?’ Les vétérans comprennent cette question », explique Richard.

Lorsqu’un vétéran s’auto-identifie, les équipes de bénévoles interviennent immédiatement en lui fournissant des provisions, des vêtements et un endroit sûr pour habiter. 

« Il est impossible de dire combien il y a de vétérans sans abri à Ottawa », admet Richard. En plus des sans-abri, beaucoup d’autres vivent dans des conditions déplorables.

L’IVOS a permis de trouver un logement sûr à de nombreux vétérans, et Richard est un pilier du programme au centre-ville.

« J’aime demeurer actif, dit-il. J’aime aider les gens, et utiliser les talents que Dieu m’a donnés pour faire ce que je fais. »


Articles pour les vétérans et leur famille

Villes à l’appui des Forces canadiennes, deuxième partie : Montréal

Villes à l’appui des Forces canadiennes, deuxième partie : Montréal

Les efforts en temps de guerre du Canada n’ont pas seulement contribué à protéger la paix et la liberté au pays et à l’étranger, mais ont également façonné notre nation sous l’angle économique et historique.

Entre femmes : conseils sur la transition

Entre femmes : conseils sur la transition

La transition vers la vie après le service peut se révéler un processus complexe. Des chercheurs comme Maya Eichler, Ph. D., sont d’avis que pour de nombreux vétérans, la transition est souvent vécue comme un « choc culturel ». Les femmes vétérans doivent relever un ensemble unique de défis, compte tenu du fait qu’elles sont plus susceptibles que les hommes d’être libérées pour raison médicale. Les femmes doivent aussi composer avec une baisse de revenu plus marquée après avoir quitté les Forces.

Histoire du succès d’un vétéran : David Fraser

Histoire du succès d’un vétéran : David Fraser

Le major-général (retraité) David Fraser, qui a dirigé les forces de l’OTAN en Afghanistan, a d’excellents conseils pour ceux sur le point de faire la transition après le service.

Date de modification :