Symbolisme des fleurs

Les fleurs symbolisent différentes choses pour différentes personnes. Nous sommes heureux de mettre en valeur quelques fleurs associées de plus près au Souvenir et à la commémoration, mais ne laissez pas cette liste limiter votre créativité! Si vous pensez créer un jardin du Souvenir, assurez-vous de faire des recherches sur le Web, de visiter votre bibliothèque locale ou de parler à un représentant du centre de jardinage le plus près de chez vous pour en apprendre davantage sur les autres fleurs qui revêtent une importance et pousseront bien dans votre zone de rusticité.

Coquelicot : la commémoration

Coquelicot : la commémoration

Au champ d'honneur, les coquelicots... Sont parsemés, de lot en lot...

Lorsque le Lieutenant-colonel John McCrae a rédigé ces mots profonds au printemps 1915, durant la deuxième bataille d'Ypres, il n'aurait jamais pu prévoir que ces fleurs rouges auxquelles il faisait allusion deviendraient un symbole aussi puissant et inspirant. Grâce à son poème, les coquelicots sont rapidement devenus le symbole de la gratitude et de l'espoir pour les anciens combattants et les survivants de la Première Guerre mondiale.

Des coquelicots fabriqués à la main ont été vendus pour la première fois en 1920 par une dame française, Madame Guérin, afin de recueillir des fonds pour venir en aide aux enfants orphelins des régions françaises dévastées par la guerre. Suivant son exemple, l'Association des anciens combattants de la Grande Guerre (prédécesseur de la Légion royale canadienne) a officiellement adopté le coquelicot comme symbole du Souvenir en juillet 1921. Ses premières fleurs de coquelicots fabriquées à la main ont été vendues en novembre 1921 et tous les profits amassés ont été versés aux anciens combattants blessés.

De nombreuses décennies plus tard, la tradition de porter un coquelicot en guise de respect et de remerciement envers ceux et celles qui ont porté l'uniforme se poursuit tant au Canada que dans de nombreuses autres régions du monde.

Pour en apprendre plus sur le symbolisme du coquelicot, consultez la Campagne du coquelicot de la Légion royale canadienne.

Myosotis : la commémoration

Myosotis : la commémoration

Le myosotis revêt une signification particulière pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador, où cette fleur bleue est souvent portée comme symbole de commémoration. Avant de se joindre au Canada en 1949, les Terre-Neuviens célébraient traditionnellement Memorial Day chaque 1er juillet, date choisie en hommage aux centaines de soldats du Royal Newfoundland Regiment tués ou blessés le 1er juillet 1916 durant la bataille de la Somme, à Beaumont-Hamel (France).

Tout comme le coquelicot, le myosotis a d'abord été un symbole de respect et est plus tard devenu une source de revenus pour les anciens combattants blessés. Encore aujourd'hui, de petites fleurs de myosotis en tissu sont portées le 1er juillet à Terre-Neuve-et-Labrador en signe de commémoration.

Tulipe : la gratitude

Tulipe : la gratitude

Chaque printemps, la capitale du Canada s'illumine des millions de tulipes de toutes les couleurs qui éclosent. Ces fleurs merveilleuses sont le symbole de l'amitié unique qui a fleuri entre les Canadiens et les Néerlandais durant la Seconde Guerre mondiale.

En 1940, la princesse héritière Juliana, fille unique de Son Altesse Royale la reine Wilhelmina des Pays-Bas, s'est embarquée secrètement à bord d'un navire qui faisait cap sur Halifax avec son mari et ses deux petites filles. Peu de temps après leur arrivée, ils ont élu domicile à Ottawa, où on leur a offert refuge jusqu'à la fin de la guerre. La gratitude de la princesse à l'endroit du Canada a d'ailleurs été renforcée par la bravoure et les sacrifices des milliers de Canadiens qui ont combattu pour libérer les Pays-Bas en 1944 et 1945.

En 1945, afin de remercier les Canadiens de leur bonté, la princesse Juliana a offert 100 000 bulbes de tulipes au Canada. Le Canada continue d'ailleurs de recevoir 20 000 bulbes de tulipes qui lui sont envoyées chaque année par la Hollande en guise de profonde gratitude.

Marguerite : l'espoir et la résistance

Marguerite : l'espoir et la résistance

Durant l'occupation de son pays lors de la Seconde Guerre mondiale, Son Altesse Royale la reine Wilhelmina des Pays-Bas a trouvé refuge au Royaume-Uni. La marguerite a alors revêtu une importance particulière pour la reine, puisque cette fleur était en floraison en Hollande au moment où le pays a été envahi. Pour se rappeler de sa nationalité et de la résistance de la Hollande sous l'occupation, la reine Wilhelmina a invité tous les réfugiés néerlandais à porter des marguerites (qui se nomment margriets en hollandais) sur le revers de leur veste ou manteau.

Le symbolisme de cette fleur a été renforcé le 19 janvier 1943, lorsque la fille unique de la reine Wilhelmina, c.-à-d. la princesse héritière Juliana, a donné naissance à son troisième enfant à l'Hôpital Civic d'Ottawa. La princesse Juliana, qui s'était réfugiée au Canada de 1940 à 1945 avec sa famille, a nommé son nouvel enfant la princesse Margriet. Il s'agit du premier enfant royal né en Amérique du Nord! Pour venir en aide à la famille princière, le gouvernement du Canada est même allé jusqu'à adopter une loi spéciale qui décrétait que la salle d'hôpital dans laquelle la princesse Margriet était née se trouvait en territoire international, permettant ainsi à la nouvelle princesse d'hériter de la pleine citoyenneté néerlandaise de sa mère.

La petite princesse a gagné tant le cœur des Canadiens que celui des Néerlandais. Sa naissance est devenue le symbole de l'espoir et de l'inspiration pour le peuple néerlandais, dont bon nombre avaient été victimes de la famine dans les mois précédant la libération des Pays-Bas, une campagne militaire dans laquelle les forces armées du Canada ont joué un rôle majeur.

Laurier : la victoire

Laurier : la victoire

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on dépose des couronnes à l'occasion du jour du Souvenir? La tradition d'utiliser des couronnes pour faire preuve de respect remonte à très loin. En effet, les Grecs et les Romains fabriquaient souvent des couronnes faites de feuilles d'arbre de laurier tissées qui étaient portées par les vainqueurs d'activités sportives (comme aux Jeux olympiques!) ou de campagnes militaires. Depuis ce temps, les feuilles de laurier sont devenues à la fois le symbole de la victoire et de la mort. C'est pourquoi un peu partout dans le monde, des couronnes sont déposées à l'occasion de cérémonies commémoratives.

Les feuilles de laurier sont parfois aussi utilisées comme décoration sur des monuments de pierre et on les retrouve également sur la Tombe du Soldat inconnu, au pied du Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa.

Romarin : la commémoration

Romarin : la commémoration

Dans l'Antiquité, on pensait que le romarin fortifiait la mémoire. D'ailleurs, les érudits grecs glissaient souvent des branches de romarin dans leurs cheveux pour les aider à conserver leur savoir! Tant dans la littérature que dans le folklore, cette herbe a souvent été mise en valeur à titre d'emblème du Souvenir. Encore aujourd'hui, lors de la Journée commémorative de l'ANZAC, les Australiens témoignent de leur respect en fixant de petites branches de romarin sur le revers de leur veste ou manteau.

Feuille d'érable : le patriotisme

Feuille d'érable : le patriotisme

La feuille d'érable a servi de symbole militaire pour la première fois en 1860, lorsqu'elle a été ajoutée à l'insigne du 100e Régiment (Royal Canadians). De plus, durant la Première Guerre mondiale, la feuille d'érable apparaissait souvent sur l'insigne du Commandement de la Force expéditionnaire du Canada. Dès l'époque de la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses troupes canadiennes utilisaient le symbole de la feuille d'érable à toute occasion, notamment sur les insignes de régiment dans le but d'identifier l'armée et l'équipement naval canadiens.

Le 15 février 1965, le drapeau à feuille d'érable rouge a été officiellement adopté comme drapeau national du Canada. Depuis ce jour, la feuille d'érable est pour les Canadiens de partout le symbole de la fierté et du patriotisme.

Mauve en arbre : la résilience

Mauve en arbre : la résilience

La mauve en arbre ou Hibiscus est la fleur nationale de la Corée. On dit que sa beauté reflète la gloire et le succès du peuple coréen, alors que sa rusticité représente la capacité de persévérance de ce peuple. Cette fleur se nomme « mugunghwa » en coréen, ce qui signifie « fleur immortelle ». Elle revêt une signification particulière pour les nombreux Canadiens qui ont servi durant la guerre de Corée.

Date de modification :