Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Mémorial terre-neuvien à Masnières

Reprise partielle des activités

Les visiteurs peuvent maintenant accéder aux monuments et aux sentiers au Mémorial national du Canada à Vimy et au Mémorial terre-neuvien à Beaumont Hamel. Les centres d'accueil demeurent fermés et il n'y a aucune visite guidée pour l'instant. En attendant, nous vous invitons à télécharger les cartes d'interprétation autonome ou à faire une visite virtuelle de nos sites.

Merci de votre patience. Nous mettrons à jour cette page dès que nous obtiendrons de plus amples renseignements.

Mémorial terre-neuvien à Masnières

« L'histoire de la défense de Masnières et du rôle qu'y joua le Newfoundland Battalion ne sera jamais oubliée, j'ose croire, de ce côté-ci de l'Atlantique. »

C'est en ces termes que le feld-maréchal sir Douglas Haig rendit hommage « à l'intrépide courage et à l'inflexible détermination» de tous les officiers et hommes du Newfoundland Regiment qui combattirent sous son commandement pendant la bataille de Cambrai en 1917. C'est ce fait d'armes qu'évoque le grand caribou de bronze érigé sur un monticule de pierres, juste en dehors de Masnières, à plus d'un demi-kilomètre au nord du canal de Saint-Quentin.

Les Terre-Neuviens dans la bataille de Cambrai (1917)

À la mi-novembre de 1917, le Newfoundland Regiment, attaché à la Troisième armée du général Byng, se préparait à attaquer la ligne Hindenburg devant Cambrai. Haig y expérimentait la concentration de blindés, pour la première fois dans cette guerre, dans le but d'ouvrir une brèche dans les défenses ennemies et d'y faire pénétrer l'infanterie et la cavalerie, qui iraient s'emparer de Cambrai.

L'assaut, lancé à l'aube du 20 novembre, sans l'habituel bombardement préliminaire d'artillerie, prit les Allemands tout à fait au dépourvu. Grâce aux chars en tête qui frayaient un passage à travers les barbelés ennemis, la Troisième armée perça les deux réseaux Hindenburg et avança de cinq à sept kilomètres sur un front de dix kilomètres. Au cours de la matinée, la 29 e division, dans laquelle le Newfoundland Regiment était attaché à la 88e brigade, quitta ses positions de réserve pour repousser définitivement les petits groupes ennemis de la ligne de soutien Hindenburg. La division fut ensuite chargée de saisir les têtes de pont sur le canal de Saint-Quentin, tandis que la 88e brigade, sur la droite, s'emparerait de Masnières. Le 20, à la tombée du jour, les Terre-Neuviens pénétraient dans la banlieue de Masnières après de durs combats; le lendemain, ils achevèrent le nettoyage de la ville.

L'avance de la Troisième armée avait créé un saillant large de quinze kilomètres et profond de six kilomètres et demi, environ. Le 30 novembre, la Deuxième armée allemande lança une puissante contre-attaque sur le flanc droit à découvert de l'armée du général Byng. Toute la force du coup asséné par l'aile droite ennemie frappa le Newfoundland Regimentet les autres bataillons de la 29e division qui tenaient la tête de pont. Lorsque les Allemands pénétrèrent au sud de Masnières, menaçant ainsi d'encercler la position fragile, les quatre bataillons de la 88e brigade lancèrent une vigoureuse contre-attaque qui força l'ennemi à reculer d'environ un kilomètre et demi. Cette nuit-là, le commandant du Newfoundland Regiment nota dans son journal : « Notre effectif était ce matin de neuf officiers et trois cent soixante sous-officiers et soldats, cette nuit, il est de huit officiers et deux cent trente sous-officiers et soldats. » Après s'être cramponnés vingt-quatre heures de plus à leur position précaire, à cheval sur le canal, les bataillons de défense reçurent l'ordre d'évacuer Masnières. La bataille se poursuivit jusqu'au 4 décembre, lorsque Byng ordonna le repli de la Troisième armée sur une ligne qui suivait de près l'ancien système de soutien Hindenburg.

Dans le combat qu'il avait livré pour prendre et tenir la tête de pont à Masnières, et au cours de la troisième bataille d'Ypres, à laquelle il avait participé plus tôt, le Newfoundland Regiment avait obtenu une marque de reconnaissance exceptionnelle-le titre « Royal » conféré par Sa Majesté le roi George V. Cette distinction fut la seule à être conférée à un régiment de l'armée britannique pendant la Première Guerre mondiale, en plein combat.

Indications routières

Vue aérienne du Mémorial terre-neuvien à Masnières

Le mémorial terre-neuvien à Masnières est situé à environ 10 km au sud de Cambrai, 35 km à l'est d'Arras, 45 km au sud de Lille et 155 km au nord de Paris. Vous pouvez vous rendre à Cambrai en train ou en autobus et de là, prendre un taxi jusqu'au mémorial, au coût d'environ €20 pour un voyage aller-retour. Vous pouvez également louer une bicyclette à la station de train à un coût approximatif de €5 par jour, €11 par semaine ou €17 par mois.

Nota : Le coût d'un taxi indiqué plus haut est basé sur un voyage aller-retour sans période d'attente. Si vous désirez que le taxi vous attende pendant que vous visitez le site, vous devrez payer €17,90 l'heure. Les correspondances par l'autobus sont difficiles et il n'y en a pas beaucoup dans la région rurale du département du Nord.

Si vous vous déplacez en auto, veuillez suivre les directions suivantes :

Nota : Les limites de vitesse en France sont de 50 km/h dans les villes et les zones résidentielles, d'habitude de 90 km/h sur les routes secondaires (mais ceci varie à certains endroits) et de 130 km/h sur l'autoroute. Soyez au courant de la règle accordant la priorité de la droite.

À partir de Paris, de l'aéroport Charles de Gaulle, suivez l'autoroute A1 en direction de Lille. Continuez sur cette route pour environ 130 km et prenez la sortie 14 afin de suivre la A2 en direction de Cambrai. À Cambrai, suivez les directives pour St. Quentin via la N44. Le m émorial terre-neuvien à Masnières est situé à 5 km à votre droite, à l'entrée de Masnières. Cela vous prendra environ 1,5 à 2 heures pour vous rendre au mémorial.

À partir de Cambrai, suivez la N44 en direction de St. Quentin. Le m émorial terre-neuvien à Masnières est situé à 5 km à votre droite, à l'entrée de Masnières. Cela vous prendra environ 10 à 15 minutes pour vous rendre au mémorial.

À partir d'Arras, suivez la D939 en direction de Cambrai. Une fois à Cambrai, suivez les directives pour St. Quentin via la N44. Le m émorial terre-neuvien à Masnières est situé à 5 km à votre droite, à l'entrée de Masnières. Cela vous prendra environ 30 minutes pour vous rendre au mémorial.

À partir de Calais, suivez la A26 et continuez sur cette route pour environ 160 km. Prenez la sortie 8 en direction de Cambrai. Une fois à Cambrai, suivez les directives pour St. Quentin via la N44. Le m émorial terre-neuvien à Masnières est situé à 5 km à votre droite, à l'entrée de Masnières. Cela vous prendra environ 1,5 à 2 heures pour vous rendre au mémorial.

À partir de Lille, suivez la A1 en direction de Paris. Continuez sur cette route pour environ 35 km. Prenez la A26 en direction de Reims et la sortie 8 en direction de Cambrai. Une fois à Cambrai, suivez les directives pour St. Quentin via la N44. Le m émorial terre-neuvien à Masnières est situé à 5 km à votre droite, à l'entrée de Masnières. Cela vous prendra environ 30 à 45 minutes pour vous rendre au mémorial.

Date de modification :