Francophones et anglophones

Des héros se racontent

Francophones et anglophones

Transcription
Intervieweur : Vous êtes francophone, vous avez servi avec un groupe d'anglophones, est-ce qu'il y a eu aussi des moments différents à cause de ça, à cause de la langue? C'est sûr aussi, on dirait que je l'ai eu de tous les bords. En effet, quand je suis arrivée au Royal Canadian Dragoons, j'ai été mis dans un escadron puis je me suis ramassée on était deux francophones. Il y avait un adjudant-maître, so en tant que trooper, tu ne te tiens pas avec l'adjudant-maître, puis moi. Le reste était tout anglais. Mon anglais était pas non plus vraiment bon. J'étais encore en apprentissage, on pourrait dire. C'était pas évident. Des fois je ne comprenais pas tout mais tu fais un cours et tu le fais en anglais, tu ne comprends pas quasiment la moitié du cours. Tu ne peux pas t'attendre d'être parfaite. Ça a été beaucoup, beaucoup de hauts et de bas. C'est sûr que le racisme entre anglais et français, on ne se la cachera pas, ça existe, autant au Québec qu'en Ontario, des deux bords. Des fois c'était pas évident et c'était pas évident de savoir pourquoi quelqu'un ne m'aimait pas. Des fois ils ne m'aimaient pas parce que j'étais une femme, des fois ils ne m'aimaient pas parce que j'étais francophone, non c'était pas évident. Intervieweur : Est-ce que vous avez vécu des beaux moments, par exemple avec le groupe? Bien oui, c'est ça, tu as toujours ceux avec qui tu as un peu de problèmes, mais il y avait toujours une belle camaraderie, je me suis fait des bons amis que des fois je revois encore aujourd’hui. Plus jeune, je me souviens qu'on sortait en gang, c'était une belle camaraderie. C'est ça qui est le fun, que je garde en souvenir, les liens que tu tisses dans des moments difficiles, le meilleur des gens ressort, et aussi, justement, ça tisse des liens serrés.
Description

Mme. Dupuis explique les défis qu’elle a eus comme francophone dans un milieu anglophone.

Natacha Dupuis

Natacha Dupuis est née en 1979 à Longueuil, au Québec. Elle a depuis un jeune âge démontré un intérêt envers la vie militaire. À 18 ans, elle s’enrôle dans la réserve avec les blindés. Elle déménage pour joindre le British Columbia Regiment. Elle accepte ensuite de joindre la Force régulière avec les Royal Canadian Dragoons où elle s’entraîne sur les chars Leopard et ensuite sur le véhicule Coyote. Madame Dupuis a été déployée en Bosnie et deux fois en Afghanistan.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
30 avril 2015
Durée :
2:24
Personne interviewée :
Natacha Dupuis
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Canada
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Royal Canadian Dragoons

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :