Le 9 mai 2014, journée de commémoration de l'Afghanistan

Des héros se racontent

Le 9 mai 2014, journée de commémoration de l'Afghanistan

Transcription
Ensuite ils m'ont demandé de faire le relais Sans limites Afghanistan. Ils avaient demandé à 21 personnes blessées de l'Afghanistan de rapporter le dernier drapeau qui avait flotté en Afghanistan, de Trenton jusqu'au Parlement, qu'on remettait au Premier ministre sur le Jour de l’honneur au Parlement. Ça durait une semaine, on partait de Trenton, on courait, marchait,roulait, il y en a qui étaient en chaise roulante, d'autres qui pouvaient juste marcher ou encore courir. On a fait tout le trajet comme ça, c'était vraiment un moment spécial parce que ma blessure vient de l'Afghanistan et tous les gens qui étaient là aussi avaient subi des blessures là-bas. D'être ensemble et de vivre ce moment-là que c'était comme la fin de ce calvaire de guerre d'Afghanistan. De voir tout le support de la population canadienne à chaque fois qu'on arrivait dans une ville. J'ai vu des villes fermées complètement, les écoles, les boutiques, tout le monde dans la rue à nous applaudir quand on passait, c'est quelque chose que je ne suis pas prête d'oublier. Encore là, j'étais avec des personnes encore blessées, c'était encourageant de voir que peut-être qu'on est blessés, mais la vie ce n'est pas fini. Pourquoi pas faire quelque chose de positif avec ça. C'est ça que j'essaie de faire aujourd'hui et c'est ça qu'ils m'ont permis de faire Soldier On, en français c'est le programme Sans limites. J'ai été porte-parole pour la Course de l'Armée l'année dernière. Ça a été une super de belle expérience. Ça me permet, ça ouvre la vitrine de parler du syndrome post-traumatique. C'est encore un peu tabou, il y a beaucoup qui a été fait mais c'est pas encore complètement accepté, je dirais dans l'armée et dans la culture et faire certain qu'on a toute l'aide qu'on a besoin. On sait que le taux de suicide est même plus élevé que le nombre de décès qu'il y a eu en Afghanistan. C'est important de travailler pour que ça s'en aille en diminuant parce que c'est un fléau. Pour moi, ça fait une belle opportunité de, comme je disais tantôt, de transformer un événement tragique en quelque chose de plus positif. Et puis m'en servir pour peut-être aider les autres. C'est bon pour moi aussi de sentir que je peux aider quelqu'un.
Description

Mme. Dupuis raconte sa participation à la journée de commémoration de la fin de la mission en Afghanistan le 9 mai 2014.

Natacha Dupuis

Natacha Dupuis est née en 1979 à Longueuil, au Québec. Elle a depuis un jeune âge démontré un intérêt envers la vie militaire. À 18 ans, elle s’enrôle dans la réserve avec les blindés. Elle déménage pour joindre le British Columbia Regiment. Elle accepte ensuite de joindre la Force régulière avec les Royal Canadian Dragoons où elle s’entraîne sur les chars Leopard et ensuite sur le véhicule Coyote. Madame Dupuis a été déployée en Bosnie et deux fois en Afghanistan.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
30 avril 2015
Durée :
3:16
Personne interviewée :
Natacha Dupuis
Guerre ou mission :
Forces armées canadiennes
Emplacement géographique :
Canada
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Royal Canadian Dragoons

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :