Pour jamais que l’on oublie

La force francophone

Pour jamais que l’on oublie

Transcription
POUR JAMAIS QUE L'ON OUBLIE Mon autr' fille, qui a deux jeunes, le jeune qui est au secondaire, le jeune de 13 ans, disait justement que, lui, la guerre, y savait pas c'que c'était. C'est malheureux parc'que, ces enfants-là, c't'une partie d'l'histoire qu'y devraient connaître. Oui. Mais j'pense qu'y a une amélioration de c'côté-là parc'que justement, l'aur' fois, j'voyais dans les... l'année des vétérans, là... j'voyais qu'des vétérans allaient donner des conférences dans les écoles. MES ENFANTS, JE VOUS LÈGUE MON ALBUM SOUVENIR J'ai préparé ça pour mes enfants. Mes enfants me reprochaient de pas avoir d'album, de rien avoir à leur laisser. Mes enfants me questionnaient. On en parlait pas, mon mari et moi, j'pense qu'on a été vingt ans sans en parler d'vant les enfants. On en parlait jamais. Et puis, les enfants, ce sont des adultes maintenant, pis mes enfants voulaient savoir c'qui s'était passé, puis ils aiment ça en parler. Quand j'leur ai dit que vous étiez pour venir m'interviewer, j'ai dit à l'aînée d'mes filles, ah ! j'voulais pas recommencer ça, pis elle m'a dit : « Maman ! Fais-le donc... » Donc, c'est c'qui m'a décidé. J'pense qu'eux, y veulent avoir des souv'nirs aussi et puis y veulent savoir un peu c'qui s'passait, comment ça s'passait. JE VOUS LÈGUE AUSSI CETTE RÉFLEXION Mes p'tits enfants, j'espère qu'vous allez apprendre c'que c'était qu'la guerre, puis quelqu'un va vous raconter c'que les Canadiens ont fait en 39-45 pour vous donner maintenant, une vie plus confortable, peut-être, et plus libre...
Description

Jeanne Caron-D’Orsonnens nous parle de l’importance de raconter aux générations futures ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Jeanne Caron-D'Orsonnens

Jeanne Caron-D’Orsonnens est née à Montréal le 4 août 1916. Elle fit ses études d’infirmière à l’Université de Montréal. Ses études terminées, elle s’enrôle peu de temps après le déclenchement de la guerre. Elle part en Angleterre en 1941. Elle sera affectée à un hôpital de Aldershot. Puis, elle suivra les troupes lors du raid sur Dieppe. Elle sera décorée par Buckingham Palace pour son rôle important dans les soins qu’elle a apporté aux blessés. Par la suite, elle sera envoyée en Italie avec son unité. Cependant, le bateau qui les transporte sera coulé dans le Détroit de Gibraltar. Elle sera rescapée par un destroyer américain, le US Tilman. Après cette mésaventure, elle sera tout même déployée en Italie avec son unité. Jeanne Caron-D’Orsonnens rencontrera son future mari, un officier du Royal 22 ième Régiment. Après la guerre, ils se marièrent au Canada et quittèrent l’armée.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada et Témoignages d'honneur
Durée :
1:31
Personne interviewée :
Jeanne Caron-D'Orsonnens
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Canada
Branche :
Armée
Unité ou navire :
Corps médical militaire royal du Canada
Occupation :
Infirmière

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :