Les Forces armées canadiennes en Afghanistan

Introduction

Des soldats du groupement tactique du Royal Canadian Regiment en patrouille dans le district de Panjwai dans la province de Kandahar.

Cette publication est disponible dans d'autres formats sur demande.
Version PDF

La série d'événements qui a conduit des militaires canadiens sur le territoire dangereux et dévasté de l'Afghanistan a débuté le 11 septembre 2001. Ce jour-là, dans l'est des États-Unis, quatre avions de ligne ont été détournés. Deux d'entre eux ont été projetés délibérément sur les tours du World Trade Center, et un sur le Pentagone, entraînant dans la mort près de 3 000 personnes. Ces attaques horribles ont traumatisé et rassemblé les États-Unis et une bonne partie du monde. Le Canada allait rapidement participer aux efforts internationaux subséquents de lutte au terrorisme et d'aide à la démocratisation de l'Afghanistan.

L'Afghanistan

L'Afghanistan est un rude pays d'Asie du Sud-Ouest ayant pour voisins le Pakistan et l'Iran. Cette contrée ancienne et montagneuse, dont la superficie égale à peu près celle de la Saskatchewan, compte quelque 30 millions d'habitants. Les différents groupes ethniques et les diverses factions qui y ont élu domicile au cours des siècles lui ont donné un riche patrimoine et une grande diversité, tout en rendant difficile le maintien de la paix et de la stabilité.

La guerre civile qui a éclaté après le retrait d'Afghanistan des forces de l'ancienne Union soviétique, dans les années 1980, s'est soldée par la prise de contrôle de la majeure partie du pays par les talibans. Ce régime fondamentaliste extrême a fortement limité les droits civiques et a donné son appui à des groupes terroristes internationaux, notamment al-Qaïda, le groupe à l'origine des attaques perpétrées contre les États-Unis. Après le 11 septembre 2001, les États-Unis et le monde ont réagi par l'entremise de l'Organisation des Nations Unies (ONU) et de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

L'intervention du Canada et du monde entier

La première contribution des Forces armées canadiennes à la campagne internationale contre le terrorisme en Asie du Sud-Ouest s'est faite en mer. Dès octobre 2001, des navires canadiens ont été dépêchés dans la région afin d'appuyer et de défendre les bâtiments de la flotte internationale, et de repérer des bateaux inconnus pour déterminer s'ils se livraient à des activités illégales.

L'avion patrouilleur Aurora et les avions de transport Hercules et Polaris du Commandement aérien des Forces armées canadiennes ont également été actifs en Afghanistan et au large de l'Asie du Sud-Ouest en jouant des rôles très importants en matière de surveillance maritime, en transportant des approvisionnements et du personnel et en évacuant les victimes. Les hélicoptères canadiens ont aussi assuré un service important en aidant à identifier les navires marchands et en offrant un précieux soutien de transport au fil des ans.

Des soldats canadiens ont également été dépêchés en Afghanistan. Les commandos d'élite de la Deuxième Force opérationnelle interarmées (FOI 2) sont arrivés les premiers, en décembre 2001, suivis par d'autres soldats canadiens qui ont d'abord été basés à Kandahar, en janvier 2002. C'est là qu'ils se sont joints aux troupes américaines et britanniques qui combattaient déjà pour renverser le régime taliban, éliminer les opérations de terrorisme et jeter les assises d'une paix durable dans ce pays déchiré.

Face à la défaite éventuelle des talibans, l'attention s'est tournée vers la stabilisation du pays et l'aide à apporter à l'établissement d'un nouveau gouvernement afghan. L'ONU a autorisé la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) dirigée par l'OTAN à relever ce défi. La première contribution canadienne à la FIAS a consisté à fournir, à l'été 2003, plus de 700 membres des Forces armées canadiennes en service à Kaboul, capitale du pays, et 200 autres apportant leur appui à partir d'autres endroits d'Asie du Sud-Ouest. À Kaboul, le personnel canadien était chargé de surveiller l'ouest de la ville, d'aider au fonctionnement de l'aéroport international et de reconstruire l'Armée nationale afghane.

En 2005, le rôle des Forces armées canadiennes a repris de l'ampleur lorsqu'elles ont commencé à retourner à la région explosive de Kandahar. Même si le gouvernement taliban avait été renversé, leur présence était encore forte dans certaines régions du pays. En fait, le retour du Canada à Kandahar a coïncidé avec une résurgence des activités talibanes, et nos soldats ont rapidement été la cible d'attaques.

On compta bientôt quelque 2 300 soldats canadiens déployés pour aider à combattre l'ennemi et à soutenir l'Équipe provinciale de reconstruction de Kandahar. Les artilleurs, les fantassins ainsi que les chars d'assaut canadiens ont tous pris part à de nombreuses opérations terrestres à Kandahar, notamment des offensives de grande envergure contre les forces talibanes. Il s'agit des plus dangereuses opérations exécutées par le Canada en Afghanistan. Chaque fois que les soldats canadiens quittaient la sécurité relative de leurs camps principaux pour passer en territoire ennemi, le danger était bien réel.

La mission de combat du Canada en Afghanistan a pris fin en 2011; les militaires canadiens ont alors consacré leurs efforts à l'entraînement des forces armées et policières afghanes. Nos derniers militaires ont quitté l'Afghanistan en mars 2014. Les efforts déployés par le Canada dans ce pays déchiré auront cependant été nombreux. Offrir de l'aide pour renforcer la confiance et conquérir les cœurs et les esprits de la population afghane constituait un objectif majeur. Outre leurs activités militaires, les membres des Forces armées canadiennes ont participé à de nombreuses actions humanitaires, comme le creusage de puits, la reconstruction d'écoles et la distribution d'approvisionnements médicaux et de secours, tant dans le cadre de leur mission officielle que de façon bénévole.

Faits et chiffres

  • Plus de 40 000 membres des Forces armées canadiennes ont servi dans le théâtre d'opérations afghan entre 2001 et 2014. Ces braves hommes et femmes pourraient recevoir l'Étoile de campagne générale (Asie du Sud-Ouest).
  • L'Afghanistan est un pays très pauvre où les conditions climatiques peuvent être extrêmes. En été, des températures de 50o C sont courantes et d'énormes tempêtes de sable peuvent balayer ses déserts arides.
  • Pendant plusieurs années, le Camp Nathan Smith a servi de base pour les opérations canadiennes à Kandahar. Ce camp a été nommé en l'honneur d'un soldat de la Nouvelle-Écosse qui a été tué à cet endroit en 2002.
  • L'opération Medusa était une offensive menée par plus de 1 000 membres des Forces armées canadiennes dans la région de Kandahar en septembre 2006. Il s'agissait de la plus vaste opération de combat de notre pays en plus de 50 ans. Les violentes attaques de l'opération Medusa ont malheureusement coûté la vie à 12 Canadiens, mais les talibans ont finalement été expulsés du district de Panjwai.

Héros et braves

À maintes reprises, les Canadiens ont fait preuve d'une grande bravoure en Afghanistan. Voici quelques exemples qui témoignent de leur courage :

  • Des Canadiens ayant servi en Afghanistan se sont vu décerner l'Étoile de la vaillance militaire, la deuxième plus haute décoration du Canada pour bravoure. Le premier à la recevoir a été le sergent Patrick Tower, en août 2006, pour s'être exposé au feu ennemi afin d'aider un peloton à se sortir d'une lourde attaque.
  • Le capitaine d'aviation Chris Hasler, un Canadien au service de la Royal Air Force de la Grande-Bretagne, s'est vu décerner la Croix du service distingué dans l'Aviation pour avoir piloté un hélicoptère sous les tirs ennemis lors de missions de réapprovisionnement en juillet 2006.
  • Le capitaine Nichola Goddard est devenue la première femme membre des Forces armées canadiennes à perdre la vie au combat en Afghanistan; l'observatrice d'artillerie avancée a été tuée pendant un échange de tirs le 17 mai 2006.

Sacrifices

Des membres des Forces canadiennes gratuite aident une jeune fille afghane qui souffre de brûlures.

Les efforts déployés par le Canada en Afghanistan n'ont pas été vains, mais ont coûté très cher. La menace des attentats suicides et des bombes en bordure de route représentait un risque constant. La plupart des pertes canadiennes ont été causées par des engins explosifs improvisés (EEI). Au-delà des embuscades et des combats, il y avait aussi de nombreux autres dangers : des mines individuelles et des incidents de « tir ami » ont tué nombre de nos soldats et des accidents de véhicules, des maladies et le stress psychologique découlant du service dans un environnement aussi difficile pourraient avoir des effets néfastes graves sur nos soldats pour le reste de leur vie. Malheureusement, 158 membres des Forces armées canadiennes ont perdu la vie pour défendre la paix et la liberté en Afghanistan.

Programme Le Canada se souvient

Le programme Le Canada se souvient d'Anciens Combattants Canada incite tous les Canadiens et les Canadiennes à se renseigner sur les sacrifices et les réalisations de tous ceux et celles qui ont servi et qui continuent de servir leur pays en temps de guerre et de paix. Il invite aussi les citoyens à prendre part aux activités commémoratives qui aident à préserver l'héritage qu'ils nous ont légué et à le transmettre aux générations à venir.

Date de modification :