Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Sergent suppléant (à la retraite) David Adlington

Le sergent suppléant (à la retraite) David Adlington est né le 18 septembre 1919 à Newport, au Pays de Galles. Il s’est enrôlé dans le Royal Canadian Regiment le 3 octobre 1939 à la caserne Wolseley de London, en Ontario, puis a terminé son instruction de base avec la compagnie C du Royal Canadian Regiment. Peu de temps après son enrôlement, Adlington est monté à bord d’un navire à Halifax à destination de l’Écosse, où il est arrivé le jour de l’An 1940.

Partager cet article sur:
Sergent suppléant (à la retraite) David Adlington

Six mois plus tard, le régiment duquel faisait partie Adlington a été déployé à Dunkerque pour aider à la défense et à l’évacuation des forces britanniques et autres forces alliées. Le Royal Canadian Regiment est arrivé à Brest, en France, et devait se rendre à Dunkerque en train. Mais il y avait un problème : l’armée française a capitulé avant que le régiment n’ait la chance d’arriver. Après seulement quatre jours en France, Adlington et le Royal Canadian Regiment sont arrivés à Portsmouth, en Angleterre.

« C’est difficile à croire, parce qu’on n’était qu’une bande d’enfants. »

C’est trois ans plus tard qu’Adlington vivra un moment qu’il n’oubliera jamais. Le Royal Canadian Regiment est monté à bord du navire SS City of Venise pour se diriger vers la Sicile, en Italie. Peu après, le 4 juillet 1943, le navire a été torpillé et a coulé en Méditerranée. « C’était ma première introduction au combat pendant la guerre. C’est difficile à croire, parce qu’on n’était qu’une bande d’enfants. » Adlington a eu beaucoup de chance de s’enfuir vivant.

Il a été ramassé par une frégate de la Royal Navy puis transporté à Alger, en Algérie. « Je croyais que j’étais mort et que j’étais allé au paradis. Il y avait tellement de nourriture sur le bateau, et à ce moment-là, j’étais un garçon très maigre. » Plusieurs jours après le débarquement à Alger, Adlington a rejoint le Royal Canadian Regiment en Sicile. Il s’est vite rendu compte que beaucoup de ses camarades avaient perdu la vie lors de l’horrible incident dans la mer Méditerranée.

Pendant son séjour en Sicile, le Royal Canadian Regiment s’est concentré principalement sur la bataille d’Ortona. La bataille a fait rage du 20 au 28 décembre 1943 et les rues d’Ortona, remplies de décombres, ont été le théâtre de combats acharnés au corps à corps. Grâce aux efforts des soldats canadiens et alliés, Ortona a été libérée de certains des meilleurs combattants de l’armée allemande. Mais la victoire a coûté la vie à plus de 500 Canadiens, et plus de 2 600 autres ont été blessés. Adlington est l’un des nombreux Canadiens qui ont été blessés pendant la bataille d’Ortona.

Après la bataille d’Ortona, Adlington a été muté au Corps royal de l’intendance de l’Armée canadienne. Durant son enfance, son père possédait une boulangerie. Adlington a souvent aidé son père dans l’entreprise familiale. Il a donc mis cette expérience à profit lorsqu’il s’est joint au Corps royal de l’intendance de l’Armée canadienne, en devenant cuisinier au sein du régiment.

« Le retour à la maison a été un sentiment incroyable, car cela a dû être un cauchemar pour ma mère. »

En décembre 1944, près de cinq ans après être monté à bord d’un navire à destination de l’Écosse, Adlington a obtenu un congé d’un mois et est revenu au Canada. « Le retour à la maison a été un sentiment incroyable, car cela a dû être un cauchemar pour ma mère. » Il n’est jamais retourné outre-mer et a été libéré en juillet 1945. Pour son service, Adlington a reçu l’Étoile de 1939-1945, l’Étoile d’Italie, la Médaille de la défense, la Médaille de la guerre 1939-1945 et la Médaille du service volontaire canadien avec barrette pour service à l’étranger.

Après son retour au Canada, Adlington a épousé Mary Shervill, avec qui il a eu un fils et une fille. Suivant les traces de son père, Adlington a ouvert une boulangerie appelée Bell Noll à London, en Ontario. L’entreprise a pris de l’expansion pour compter plus de 11 succursales, et Adlington a vendu la boulangerie en 1959. Après la mort de Mary, Adlington a épousé Shirley Stevenson, avec qui il a deux fils.

« Je ne peux pas les ramener, mais c’est agréable d’être dans un endroit si magnifique et empreint de respect. »

Adlington est resté dans la ville de Londres jusqu’en 1972, date à laquelle il a déménagé dans une ferme pour élever des chevaux Standardbred. Une fois installé dans une région rurale, Adlington a découvert une nouvelle passion qu’il entretient encore aujourd’hui : le golf. Sa passion pour ce passe-temps populaire est évidente, puisqu’il a récemment célébré son 100e anniversaire sur des terrains de golf.

En l’honneur du 75e anniversaire de la campagne d’Italie, David Adlington est l’un de nos Visages de la liberté. Il s’est récemment rendu en Italie avec la délégation du gouvernement du Canada pour participer aux cérémonies qui soulignent cet anniversaire spécial. « Eh bien, c’est triste, comme j’ai tant d’amis enterrés ici… mais la douleur s’est en quelque sorte érodée au fil des années. Je ne peux pas les ramener, mais c’est agréable d’être dans un endroit si magnifique et empreint de respect. »

Vous pouvez aussi le laisser vous raconter son histoire en écoutant son épisode de notre balado Visages de la liberté (en anglais seulement).


Date de modification :