Marcher dans leurs souliers

Fantassins près de Nimègue, en Hollande, par Alex Colville.
(Photo : Collection d’art militaire Beaverbrook, MCG, 19710261-2079)

Ahou! Je fais ma recherche sur les déplacements humains à pied pendant les guerres. Je vais prétendre que j’enfile mes pattes dans les bottes d’un soldat d’infanterie!

L’infanterie est la branche d’une armée dont les hommes combattent à pied, à des endroits où, souvent, les véhicules ne peuvent pas se rendre. Mon arrière-grand-père Gander a servi à Hong Kong, en 1941, dans les régiments Royal Rifles of Canada de Québec et Winnipeg Grenadiers, les premières unités d’infanterie canadiennes à participer aux combats de la Seconde Guerre mondiale. Gander s’est bravement battu à leurs côtés, mais, tristement, il est mort au combat en sauvant la vie de plusieurs soldats canadiens blessés.

Pour les soldats de l’infanterie, la vie est dure. Ils sont soumis à une routine ponctuée d’exercices militaires et de marche presque sans fin. Les soldats qui montent la garde en été transpirent dans leurs uniformes et, en hiver, un épais manteau protège leur corps, mais leur visage, leurs mains et leurs pieds sont souvent exposés à des risques d’engelures. De nombreux soldats de la Première Guerre mondiale ont souffert du pied des tranchées, une condition occasionnée par le fait que les hommes devaient se tenir debout dans des tranchées froides gorgées d’eau, en portant des bas et des bottes mouillés pendant plusieurs jours. Les conditions de vie étaient vraiment pénibles : manque de sommeil, manque de nourriture, en plus de l’exposition constante au danger. C’est incroyable ce que ces jeunes hommes enduraient. Je suis fier que mon ancêtre Gander ait marché à leurs côtés.

Gandi le chien
Date de modification :