Histoires d'animaux à la guerre - Édition 2015

Tout le monde à bord! Le transport en temps de guerre

« Wouf! », aboie Gandi le chien. « Nous y voici, les animaux du Club du Souvenir réunis à Halifax, en Nouvelle-Écosse! Aujourd’hui, nous sommes venus accueillir un navire militaire canadien de retour d’une mission à l’étranger. C’était excitant de voir ce vaisseau entrer dans le port, et tous ces gens qui, comme nous, se sont déplacés pour saluer le retour des marins en agitant des drapeaux, des enseignes et des ballons. Cela m’a fait rebrousser le poil! »

« Hier, nous avons visité le Quai 21 et avons appris que les Canadiens en uniforme sont passés par Halifax depuis plus de 100 ans, dans le cadre d’un grand nombre de missions différentes, gronde Win l’ourse. Tout au long de la Première Guerre et de la Seconde Guerre mondiales, ils arrivaient et partaient continuellement, à un rythme soutenu, 24 heures sur 24. Il y avait une circulation constante sur les chemins de fer; des trains chargés de soldats et de fournitures arrivaient en ville chaque jour en provenance de partout au Canada. »

« Le port grouillait également d’activités. Des navires étaient en réparation tandis que d’autres se préparaient pour la traversée en Europe. Des soldats embarquaient sur les navires à passagers, tandis que des vivres, des munitions et des fournitures étaient embarqués sur les navires de charge. Il y avait même des navires-hôpitaux pour transporter le personnel et les fournitures médicales. De nombreux animaux servant de mascottes, comme des chiens et des chats, se joignaient également aux personnes à bord des navires pour leur tenir compagnie pendant le long voyage », miaule Simone la chatte.

« Et savais-tu que des milliers de chevaux, comme mon ancêtre Bonfire, embarquaient également à bord des navires pour servir outre-mer? », hennit Bonfire Jr. le cheval.

« Même lorsque les guerres ont pris fin, Halifax était toujours un endroit occupé. La ville grouillait de soldats qui revenaient au pays par milliers, prêts à prendre le train pour retourner dans leur ville natale. Certains soldats sont tombés amoureux pendant qu’ils étaient à l’étranger et ont même ramené leur épouse de guerre et leurs enfants au Canada. N’est-ce pas romantique? », barrit Ellie l’éléphant d’un air rêveur.

« Incroyable! Tous ces moyens de transport différents étaient requis en temps de guerre, roucoule Siffleur le pigeon. Des trains et des navires au Canada, ainsi que des jeeps, des camions, des chars d’assaut et des avions, et même le transport par animaux près des lignes de front. Je sais que Beachcomber, mon ancêtre, a volé dans des conditions météorologiques difficiles pour livrer des messages lors de la Seconde Guerre mondiale. Hé, on pourrait faire nos projets de recherche en histoire sur la manière dont les troupes canadiennes ont voyagé en temps de guerre! »

« Génial, en avant les moteurs!, réplique Gandi. Pourquoi ne fais-tu pas également un projet de recherche sur le Souvenir? »

Date de modification :