Enrôlement et entraînement

Information archivée dans le Web

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Information sur le média

Détails

Enrôlement et entraînement

En 1939, la guerre est déclarée, M. Jobin a alors 17 ans. Il est attiré par la mer, il veut s’engager dans la Marine. Il parle de son entraînement de base à Québec sur les plaines d’Abraham.

Transcript

Guy Jobin

Le père de M. Jobin était chimiste dans un moulin à Chandler, en Gaspésie. Lors de la crise économique, il part travailler à Masson, en Outaouais, et la famille le rejoint 18 mois plus tard. Installé à Buckingham, la guerre est déclarée et, étant attiré par les bateaux, le jeune Guy Jobin veut s’engager dans la marine. Il fait son entraînement de base à Québec et va ensuite à Halifax pour devenir canonnier, avant de se retrouver en Colombie-Britanique. Son groupe de Canadiens part sur le porte-avion britannique HMS Nabob. Pour diverses raisons, ils descendent la côte du Pacifique, traverse le Panama, puis s’arrêtent en Virginie avant d’arriver en à Liverpool (Angleterre) où ils constatent les dégâts d’une ville bombardée pendant neuf jours par les Allemands. Ils feront ainsi plusieurs missions en eaux britanniques. Lors d’une mission en direction du Scapa Flow au nord de l’Écosse, le bateau est touché par une torpille. M. Jobin est hospitalisé quelque temps à son retour au Canada.

Transcription

Enrôlement



J’tais trop jeune pour la guerre, j’avais 17 ans, en 39. Là, mon père a acheté une maison à Buckingham, avec un ami du moulin là, un ami d’enfance, un homme merveilleux, y chargeait dix piasses par mois, j’pense. Pis y déménageait, lui, dans l’Ouest, en Colombie Britannique, pis on, finalement on a hérité d’une belle maison, cinq chambres à coucher, su’ un beau coin d’rue à Buckingham. Et pis là, on a déménagé à Buckingham. Là, mon père… Là j’dis à mon père : « Moi, j’veux m’enrôler. ». Pis, v’nant d’la Gaspésie, l’attrait d’la mer, le vent du large, t’sais, j’avais toujours ça, j’l’ai encore… J’ai… Mon père m’a dit : « T’es bilingue, mais pas assez, tu vas aller au Buckingham High School. » Fait qu’là, j’ai été au Buckingham High School, j’ai passé mon grade twelve, t’sais, bon. Pis là, j’ai été m’enrôler. J’ai été enrôlé ici à Ottawa, au pont Cummings là… Pis là, vu qu’j’étais bilingue, on m’a mis sur le corps des divisionnaires. Pis trois jours après, on m’a envoyé à Québec parc’que y a des Canadiens français qui s’enrôlaient dans la marine, comme moi d’ailleurs. Et pis là, ben, le contact avec moi qui était bilingue, ben ça facilitait les choses, t’sais. Là j’ai fait mon entraînement militaire à Québec. Y avait pas d’baraques. On pensionnait en ville. Et puis après, mon entraînement militaire, c’était sur les plaines d’Abraham, à côté du manège militaire, dans l’ancien Quebec Winter Club, qu’eux autres avaient loué à l’armée, pis à la marine pendant l’temps d’la guerre, parce que y’avait pas l’temps d’bâtir des centres d’entraînement.




L’entraînement là, c’est… j’ai aimé ça moi, j’suis c’genre de bonhomme là. C’était sur les plaines d’Abraham et puis à côté du manège militaire. C’est le 22ième régiment qui était là, pis c’tait un endroit merveilleux. T’sais, tu vois toutes les villes au côté, le fleuve Saint-Laurent, tu vois les gros bateaux passer. Notre entraînement consistait à courir, naturellement. On courait sur les plaines d’Abraham, on descendait la côte de l’Anse-au-Foulon, où est l’monument d’Montcalm, on faisait l’tour du monument d’Montcalm, pis on r’montait, on r’venait aux baraquements. Maintenant, y en a qui perdaient connaissance, parc’qu’on avait pas d’baraque là. On prend un coup toute la nuit pis on s’en allait s’entraîner l’matin, t’sais. Si on avait pu s’coucher à onze heures, ç’aurait été correct. Et puis, y a un jeep qui nous suivait, pour ceux qu’étaient plus capables là. Y les embarquaient dans l’jeep pour descendre aux baraques. C’tait bien… Pis y nous faisaient monter la côte de l’Anse-au-Foulon. Pis ça c’est à pic, j’sais pas si tu connais la ville de Québec. Dans notre entraînement, c’est d’même qu’c’était. Puis, on courait l’long du… j’me rappelle p’us d’la rue… Grande Allée un bout, pis après ça on rentrait dans… su’ les plaines d’Abraham. Fait qu’les plaines d’Abraham, j’les ai connues, t’sais… C’était positif. Pis une fois qu’l’entraînement était terminé, ben par train… train d’troupe, bon ben, à Halifax.
Date de modification :