Messages au jeunes

Des héros se racontent

Transcription
Interviewer : Pour vous, si vous aviez à parler à des gens... est-ce que vous avez eu la chance d’entrer dans les écoles puis de parler aux jeunes? Oui, j’ai fait ça souvent, plusieurs années, autour du 11 novembre. On va voir les écoliers puis on leur raconte des histoires de guerre. On a des vétérans qui viennent avec nous autres des fois, puis on a différentes sections. Il y en a qui vont nous parler de la guerre qu’ils ont fait quand ils étaient sur des bateaux sur l’Atlantique. Il y en a d’autres qui vont nous parler de quand ils étaient en France ou bien en Belgique... des endroits de même. Puis il y en a qui étaient rien qu’au Canada... qui ont fait leur service au Canada. Il y en a qui étaient pâtissiers puis ils nous montraient comment ils faisaient leurs pâtisseries et leurs tartes, puis des choses de même. Interviewer : Puis, des histoires... quelles qui... c’est quoi la réaction des gens? On a une très bonne réaction parce qu’on est... on reçoit toujours des belles lettres de remerciement par après. Et puis on est toujours réinvité pour y retourner. Et puis... on s’aperçoit qu’on va là puis que les gens s’impliquent pas mal parce qu’ils nous demandent toujours « On peux-tu prendre un coquelicot avec nous autres? » ces affaires-là. « On peux-tu avoir des coquelicots? » On va leur porter des coquelicots puis franchement quasiment tous les élèves portent un coquelicot quand on y va. Interviewer : Croyez-vous que c’est important d’aller dans les écoles comme ça? Pourquoi c’est important? À mon point de vue à moi, c’est important les écoles puis c’est important aussi que ces gens-là se joignent à un corps de cadets. Il me semble que c’est un entraînement ça que... qu’ils peuvent avoir dans les cadets là qui... qui va certainement aider dans leurs avenirs. Interviewer : Comment? Bien... ils reçoivent un entraînement, ils connaissent qu’est-ce qui était... une personne qui est là pour leur aider, tu sais. Ils sont... pas des contrôleurs mais ils sont... ils vont donner une expérience de la vie un peu mieux, qu’est-ce que la responsabilité. Qu’eux autres même peuvent prendre leurs responsabilités eux autres même. Puis je pense que les cadets ça aide bien gros.
Description

Selon M. Garceau il ne suffit pas de parler des militaires, il faut se joindre à eux.

Gaston Garceau

Né à Hull (Québec) M. Garceau fait partie d’une famille de 10 enfants dont 6 joindront les forces armées canadiennes. Après s’être enrôlé dans l’Aviation Royale canadienne, M. Garceau subit un accident au doigt qui l’oblige à faire sa carrière militaire dans le domaine de l’administration, au Canada. Il ne verra pas le front ou même l’Europe avant de devenir président national de la Légion canadienne après la Seconde Guerre mondiale.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Durée :
2:24
Personne interviewée :
Gaston Garceau
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Branche :
Aviation

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :