Changement de carrière

Des héros se racontent

Changement de carrière

Transcription
Interviewer : Quel genre d’entraînement... vous étiez entraîné pour quel rôle dans l’aviation? J’avais... quand j’ai rentré, au commencement, j’avais appliqué pour aller sur les mitrailleuses. J’étais malade pour aller sur les mitrailleuses. Et puis quand je suis arriver pour faire des cours là-bas pis ça, on a commencé l’entraînement. Tout le monde faisait de la marche puis ces choses-là, puis de la carabine. Puis là, il n’y avait pas de, de... dans le département que j’étais à Trenton, on avait pas ça. Ça fait que là j’ai transféré dans l’armement. Puis... on a travaillé dans les moteurs en armement une bonne secousse jusqu’à temps que j’aie un accident en armement pis là ça, ça a changé. Je suis retourné... un moment donné pour les moteurs. Après ça, je suis retourné dans l’administration. Interviewer : Votre accident c’était quoi? C’était... j’avais... on faisait l’armement, on faisait le chargement des bombes sur les avions et puis on faisait la vérification des avions. Puis les vérifications ça incluait le fusil d’urgence qu’il y avait... il y avait un fusil, ils appelaient ça un Gerry pistol. Et puis le pilote lui avait ce revolver là à sa gauche pis en arrière du siège il y avait trois cartouches rouges, trois bleues pis trois blanches. Ça c’était pour... si il y avait un accident ou quelque chose en chemin, il pouvait tirer ça. Si il était dans le trouble, il tirait douze comme ça. Mais nous autres on vérifiait ça puis dans ce temps-là bien... quand tu montais dans l’avion aller faire tes affaires puis ressortir... Un moment donné, bien on regardait juste... bien on a ouvert juste la porte d’en arrière. On regardait puis si on voyait que toute les cartouches étaient là, que c’était prêt bien... c’était pas pire. Mais c’est arrivé cette fois-là que il y en a une qui manquait. Fait que j’ai dit « Le pilote s’est servi d’une cartouche. » Il fallait que je les vérifie... monter pour vérifier le fusil. Puis quand j’ai été pour vérifier le fusil bien... j’étais pris et puis j’essayais de tirer dessus, pis dans ce temps-là c’était froid. On avait des mitaines qui avaient juste un doigt sorti, l’index et puis le pouce. Puis, quand j’ai mis le doigt dessus pour le sortir, j’ai forcé dessus... Il était chargé. Il a parti dans l’avion. Ça... ça a fait tout un coup. Les armements ont parti puis le feu a pris. Tu devais faire ça vite. Tu sors pas par la porte, tu sors par le premier trou qu’il y avait. Fait que ça, ça a été... il y a une secousse j’ai pas été... j’ai été à l’hôpital une secousse puis... après ça quand je suis revenu, j’étais bon juste pour l’administration.
Description

Un accident contraint M. Garceau à des tâches administratives

Gaston Garceau

Né à Hull (Québec) M. Garceau fait partie d’une famille de 10 enfants dont 6 joindront les forces armées canadiennes. Après s’être enrôlé dans l’Aviation Royale canadienne, M. Garceau subit un accident au doigt qui l’oblige à faire sa carrière militaire dans le domaine de l’administration, au Canada. Il ne verra pas le front ou même l’Europe avant de devenir président national de la Légion canadienne après la Seconde Guerre mondiale.

Catégories
Médium :
Vidéo
Propriétaire :
Anciens Combattants Canada
Date d’enregistrement :
14 avril 2011
Durée :
2:54
Personne interviewée :
Gaston Garceau
Guerre ou mission :
Seconde Guerre mondiale
Emplacement géographique :
Canada
Branche :
Aviation

Droit d’auteur ou de reproduction

Continuer à regarder

Date de modification :