Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Rapport de synthèse sur l’itinérance et les vétérans

Sommaire

Citation: Van Til L, Campbell L. Homelessness: Research Synthesis Report. Research Directorate, Veterans Affairs Canada, Charlottetown, 23 January 2013: p.34

L’itinérance est caractérisée par l’instabilité au niveau du logement et par une combinaison de facteurs comme un revenu insuffisant et des mesures de soutien insuffisantes en matière de services de soins de santé ou de services de soutien sociaux. L’objectif du présent rapport est de fournir une synthèse de la documentation actuelle sur l’itinérance, l’accent étant mis sur les études canadiennes et les études menées auprès des anciens combattants.

Pour les besoins du présent rapport, une recherche systématique sur le thème de l’« itinérance » a été effectuée dans les bases de données PubMed pour la période du 1er janvier 2011 au 1er juillet 2012. Des articles de recherche issus de la base de données de la bibliothèque de la Direction de la recherche d’Anciens Combattants Canada (ACC) et des rapports émanant de sources gouvernementales ou de groupes communautaires s’ajoutent à la documentation actuelle. Il convient de faire preuve de circonspection dans l’interprétation de tout document de référence, étant donné qu’aucune étude solide d’un point de vue méthodologique n’est disponible.

Il est difficile d’évaluer l’ampleur de l’itinérance en raison de sa nature même. L’absence d’une définition uniforme de l’« itinérance », la difficulté à identifier des personnes en situation d’itinérance, et la nature transitoire de l’itinérance figurent au nombre des difficultés. Environ 7 % de la population des sans-abri aux États-unis sont des anciens combattants et, selon les estimations, ce pourcentage serait de 3 % en Australie et de 6 % au Royaume-Uni. Malheureusement, en ce moment, il n’existe pas de données canadiennes sur la fréquence de l’itinérance parmi les vétérans du Canada.

Les causes de l’itinérance sont multiples et complexes. L’itinérance et la pauvreté sont inextricablement liées. Les cheminements qui mènent à l’itinérance sont nombreux, notamment les enjeux relatifs au marché du travail, la diminution du nombre de logements abordables, la diminution des mesures de soutien et de l’aide sociale, et la discrimination à l’égard des sans-abri. Les événements catastrophiques, la perte d’emploi, l’éclatement de la famille, la violence familiale ou toute autre forme d’abus, l’apparition de maladies physiques et mentales débilitantes et la toxicomanie font partie des antécédents personnels menant à l’itinérance. Les causes de l’itinérance chez les vétérans semblent être les mêmes que chez les autres.

Les sans-abri ont un mauvais état de santé physique et mentale, présentent un risque accru de décès et souffrent d’un large éventail de problèmes médicaux. Les taux de toxicomanie et de maladies mentales sont élevés. Les problèmes de santé peuvent contribuer à l’itinérance et peuvent être exacerbés par un état de sans-abri. Un mauvais état de santé physique et mentale a également été documenté pour les vétérans sans abri.

Comme moyen de réduire l’itinérance, la littérature existante appuie l’intervention fondée sur le modèle « Priorité au logement » qui intègre la fourniture de logements supervisés. En général, ces services comprennent un soutien du revenu, des soins de santé mentale, des services de traitement de la toxicomanie et autres services de santé, et un soutien social. Les interventions visant à réduire l’itinérance chez les vétérans mettent également l’accent sur le modèle « Priorité au logement », ainsi que sur des services de soutien efficaces, dont l’intégration avec soutien à l’emploi, plus particulièrement la gestion de cas intensive. Les vétérans, à l’instar des autres sans-abri, réagissent mieux aux programmes dans le cadre desquels ils ne sont pas tenus de demeurer sobres.

Trouver des solutions concrètes au problème de l’itinérance ne consiste pas uniquement à régler la question de l’offre inadéquate de logements abordables au Canada, mais cela consiste également à s’attaquer aux causes profondes de l’itinérance afin pouvoir améliorer la situation des personnes sans abri et de favoriser la stabilité dans la vie de ces personnes.

Date de modification :