Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Profil du personnel déployé en Afghanistan

Sommaire

Citation: MacLean MB, Campbell L, O’Connor T, Van Til L, Poirier A, Sudom K, Dursun S and Pedlar D. Profile of Personnel Deployed to Afghanistan. Veterans Affairs Canada, Research Directorate Technical Report. 14 December, 2015, p 20.

Objectif

Les Forces armées canadiennes (FAC) ont participé à six opérations en Afghanistan depuis le début de la guerre afghane en 2001. En date du mois de mars 2013, près de 42 000 des FAC ont été déployés en Afghanistan. La dernière opération a pris fin en mars 2014. Afin d’appuyer la planification stratégique d’Anciens Combattants Canada (ACC) et du ministère de la Défense nationale (MDN), ainsi que d’autres recherches, cette étude se penche sur les caractéristiques de la cohorte de membres et de vétérans des FAC ayant servi en Afghanistan et leur participation au Programme de prestations d’invalidité et au Programme de réadaptation d’ACC.

Méthode

Cette étude est fondée sur les éléments suivants :

  • l’analyse documentaire portant sur les membres des FAC qui ont servi durant le conflit en Afghanistan;
  • la collecte des données historiques sur la participation des membres des FAC au Programme de prestations d’invalidité, notamment ceux ayant pris part aux conflits antérieurs (Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale, guerre de Corée, guerre du Golfe) et ceux ayant pris part aux missions qui ont suivi la guerre de Corée en général;
  • les liens entre l’ensemble des données administratives du MDN et d’ACC;
  • l’analyse des données de l’Enquête sur la transition à la vie civile de 2010 (dans le cadre de l’EVASM) liées par couplage aux données administratives du MDN sur le service en Afghanistan.

Résultats

D’après les données administratives du MDN, une cohorte de 41 600 membres des FAC ont été déployés en Afghanistan entre le 31 janvier 2001 et le 31 mars 2013. La majorité d’entre eux (79 %) étaient encore en service en date du mois de janvier 2013. Une petite partie des membres de cette cohorte (4 %) étaient désignés comme des victimes et 13 % touchaient des prestations d'invalidité liées à leur service en Afghanistan.

Depuis 2001, le nombre de militaires et vétérans ayant pris part aux missions qui ont suivi la guerre de Corée et recevant des prestations d’invalidité d’ACC a plus que triplé, bien que seulement environ 10 % de cette augmentation soit attribuable au service en Afghanistan. Toutefois, compte tenu du fait que la plupart de ceux qui ont été déployés dans le cadre de la mission en Afghanistan sont toujours en service et du nombre croissant de membres libérés qui en découlera, ACC peut s’attendre à une hausse du nombre de clients bénéficiaires de prestations d’invalidité. De plus, comme ce fut le cas pour les vétérans ayant pris part aux conflits antérieurs, il est fort possible que les vétérans du conflit afghan continueront de demander à ACC des prestations d’invalidité et d’autres services pendant de nombreuses années, longtemps après la fin du conflit.

Les vétérans d’Afghanistan étaient plus susceptibles d’avoir des difficultés d’adaptation à la vie civile et une moins bonne santé mentale comparativement aux autres vétérans qui ont fait partie de l’EVASM de 2010. En outre, la prévalence des troubles psychiatriques et musculosquelettiques liés au service chez les clients qui recevaient des prestations d’invalidité à la suite de leur service en Afghanistan était plus élevée que chez les clients ayant participé aux autres missions qui ont suivi la guerre de Corée, et le degré de leur invalidité était plus élevé.

L’analyse documentaire semble indiquer que d’autres recherches devraient être menées dans plusieurs domaines. Les treize études visées par l’analyse portaient sur la réintégration à la suite d’un déploiement, le rythme opérationnel, la santé mentale, le traumatisme cérébral léger (TCL) et les causes de décès pendant les déploiements. Toutes ces études visaient des membres en service – il n’existe aucune littérature concernant les membres à la suite de leur libération. Étant donné que l’examen des données de l’EVASM révèle que les vétérans d’Afghanistan présentent des taux plus élevés de difficulté d’adaptation et ont une moins bonne santé mentale par rapport aux autres vétérans, il s’ensuit que l’état de santé et les besoins futurs de ces vétérans seront probablement tout aussi différents. Les études futures pourraient porter sur les vétérans d’Afghanistan après leur libération et à mesure qu’ils vieillissent. Des études longitudinales qui suivent les vétérans au fil du temps permettraient d’évaluer les programmes et les services visant à favoriser la transition et à soutenir les vétérans au cours de leur vie.

Conclusion

La littérature existante concerne les membres des FAC qui ont servi dans le cadre du conflit en Afghanistan et ne reflète pas la vie après le service militaire. De fait, la majorité des membres qui ont été déployés en Afghanistan (79 %) sont toujours en service et n’ont pas encore fait la transition à la vie civile. La présente étude révèle que les vétérans d’Afghanistan ont de plus grandes difficultés d’adaptation à la vie civile et souffrent davantage de troubles de santé mentale que les vétérans qui ont pris part aux autres missions qui ont suivi la guerre de Corée. On s’attend à ce que le nombre de bénéficiaires de prestations d’invalidité d’ACC augmente de nouveau, compte tenu du nombre croissant de membres qui seront libérés. L’expérience des conflits antérieurs laisse croire que les vétérans d’Afghanistan voudront bénéficier des prestations d’invalidité pendant une longue période. Les résultats de l’étude peuvent être utilisés pour appuyer la planification stratégique et les recherches à venir. Cette étude visait les membres des FAC ayant servi en Afghanistan jusqu’en mars 2013. Comme la dernière opération a pris fin en mars 2014, il serait utile d’établir une liste nominative du personnel ayant servi en Afghanistan.

Remerciements

Les auteurs aimeraient remercier Gerry Toner, Direction de la statistique; Teresa Pound, Politique stratégique; et Margaret Boswall, DG p. i., Professionnels de la santé pour leurs commentaires et suggestions, ainsi que Jill Sweet, agente, Projets de recherche, pour les données de l’Enquête sur la transition à la vie civile.

Date de modification :