Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Canadian Memorial United Church

Hidden photo gallery

  • Église Canadian Memorial
    (Cliquez pour images supplémentaires)
  • Église Canadian Memorial
  • vitrail pancanadien
  • L’Aviateur
  • Le Marin

Ville/Province : Vancouver, BC

Numéro du monument : 59026-016

Type : Église et vitraux

Adresse : 15e Avenue, à l’angle de la rue Burrard

Lieu : Canadian Memorial United Church

Coordonnées GPS : Lat: 49.25782   Long: -123.14636

Collaborateur : Terry Tobin; Robert D. Watt

Canadian Memorial United Church est une église unique en son genre, non seulement en raison de son pur style gothique, non seulement à cause de la manière extraordinaire dont les fonds ont été recueillis partout au Canada pour sa construction, mais aussi en raison de sa représentation de l'unité canadienne et de sa façon de symboliser le christianisme. Cette église ne glorifie d'aucune façon la guerre; elle est plutôt, par-dessus tout, un monument commémoratif consacré à la paix.

Le révérend (lcol) G.O. Fallis, CBE, ED, D.Th., alors qu'il servait comme aumônier dans le Corps expéditionnaire canadien durant la Première Guerre mondiale conçut l'idée de construire une chapelle et un centre communautaire pour commémorer les braves Canadiens qui ont fait le sacrifice de leur vie. Il arriva à Vancouver en mai 1920 pour servir des paroissiens déjà pénétrés de la méme idée et les plans ne tardèrent pas à étre établis.

Le premier projet, le Memorial Hall, fut complété en février 1923. Le second projet, la Memorial Chapel, fut consacré le 9 novembre 1928.

Des vitraux pour chaque province et le territoire du Yukon, un vitrail dans le chœur et un autre représentant l’identité pancanadienne sont situés à l’intérieur de la chapelle commémorative. Chaque vitrail a été conçu par la société Robert McCausland de Toronto. Les vitraux représentant les provinces ont été inaugurés lors d’un service du soir en décembre 1928. Chacun représente une scène biblique et les armoiries de la province, flanquées de scènes qui reflètent son histoire ancienne. Un passage des Saintes Écritures adapté au thème biblique est indiqué en bas et des plaques séparées indiquent les noms des contributeurs respectifs. Les vitraux représentant les provinces sont de taille égale et suivent une séquence définie.

Ce qu'il y a de plus frappant dans cette histoire, c'est la façon toute particulière dont s'est faite la levée des fonds destinés à couvrir le coût de ces vitraux. L'objectif était de faire participer les Canadiens d'un littoral à l'autre et de construire ainsi une église qui ait un caractère véritablement national.

Le col Fallis s'en fut d'abord à Victoria pour rencontrer le lieutenant-gouverneur et d'autres chefs provinciaux. Comme ces entretiens furent couronnés de succès, il fut décidé qu'il irait ensuite à l'Île-du-Prince-Édouard. Il arriva à Charlottetown au beau milieu de l'hiver. Le jour suivant, il prononça un sermon devant une vaste assemblée de fidèles. Ce soit-là, il parla à la radio et, peu de temps après, il rencontra le lieutenant-gouverneur. Dès le mercredi, le col Fallis retournait par bateau sur le continent avec suffisamment d'argent en poche pour supporter le coût du vitrail de l'Île du Prince-Édouard.

L'histoire la plus fascinante de toutes est peut-étre celle qui a trait à la contribution faite par un contralto de réputation internationale, madame Schumann-Heink. Alors que cette dernière faisait une tournée d'adieu, il advint que le trésorier de l'église lut quelque chose sur son passage à Seattle. Il téléphona immédiatement au col Fallis pour lui dire : « Vous prenez le train de minuit à destination de Seattle pour demander à madame Schumann-Heink de donner un concert commémoratif ici. » En moins d'une heure, le colonel était à bord du train, et il se montra aussi persuasif qu'à l'accoutumée car la célèbre cantatrice se rendit à Vancouver. Ce fut un événement d'envergure qui fit se presser dans le stade 5 200 personnes. L'auditoire fit à la diva une ovation debout et tous les bénéfices du concert furent versés dans le fonds de construction.

Situé au-dessus de l’entrée principale de l’église, le vitrail pancanadien représente une vision du rassemblement du Canada en tant que nation tout au long de son histoire, y compris la Première Guerre mondiale. Le vitrail illustre la découverte du Canada par Cartier, sa naissance par le feu sous Wolfe, sa place de refuge pour les loyalistes, sa lutte pour la démocratie par la rébellion et la négociation à Fort Garry, et son rassemblement en une grande nation reliée par le chemin de fer du Canadien Pacifique. À l’intérieur des vitraux, on peut voir quatre des grandes batailles livrées par les Canadiens pendant la Première Guerre mondiale : Ypres, Cambrai, Vimy et la Somme. « Le droit, et non la force, doit régir le monde », dit une visiteuse angélique, Miss Canada, la figure centrale qui tient dans sa main droite le symbole de la paix : une couronne de laurier.

Le vitrail du chœur a été érigé par Mme C.W. Rogers, dont le mari est mort en servant avec les soldats canadiens pendant la Première Guerre mondiale. Ce vitrail porte sur le sacrifice et les jeunes adultes. La figure centrale est le Christ en croix avec une vigne à l’arrière?plan, tous deux symboles de sacrifice. À gauche, on voit la figure de Marie, mère de Jésus, et à droite, le disciple Jean. A l’extrême gauche, une écharpe à la main, se trouve David, le garçon berger, et à l’extrême droite, Timothée en armure complète, symbole de l’armure de Dieu. Les panneaux du bas montrent Samuel oint par Eli, et Stephen, le premier martyr chrétien, couronné. Entre ces deux panneaux se trouve la Cène.

Les vitraux n’étaient pas exempts des préjugés coloniaux, raciaux, sexuels et culturels de l’époque. En 2004, il y a eu une déconstruction de certaines des valeurs et des idées de ces vitraux.

L’église expose les seules répliques des Livres du Souvenir que l’on peut trouver en dehors de la Tour de la Paix à Ottawa. Les Livres sont visibles à tout moment sur la tablette commémorative sculptée à l’avant de l’église ou sur les tables des transepts est ou ouest. Les Livres du Souvenir de la Première Guerre mondiale ont été présentés lors d’un service le 1er novembre 1946 par l’honorable Douglas Abbott, alors ministre de la Défense nationale. Les Livres de la Seconde Guerre mondiale ont été présentés le 8 mars 1959 par l’honorable George Pearkes, V.C. La tablette commémorative a été sculptée dans un bloc de pierre de Caen – une pierre utilisée dans de nombreuses cathédrales – par M. Thomas Garrow. De part et d’autre des Livres, comme s’ils les gardaient, apparaissent l’ange Michel et l’ange Gabriel, anges de la Justice et de la Paix. La bordure extérieure entrelace la feuille d’érable et le coquelicot. La bordure intérieure est constituée de la vigne, qui représente le sacrifice. Derrière les anges de la Paix et de la Justice se trouvent une rose, un chardon, un trèfle et une fleur de lis, représentatifs des colons du Canada.

Les vitraux commémoratifs du Narthex représentent les différentes divisions militaires dans les efforts de guerre pendant la Première Guerre mondiale. Au fil du temps, ils ont évolué en tant que symboles reconnaissant le sacrifice de ceux et celles qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée.

Le vitrail pan-canadien

Érigé au-dessus de l'entrée principale de l'église, le vitrail porte l'inscription suivante : « Ce vitrail est érigé en l'honneur de tous les hommes et femmes du Canada qui servirent héroïquement leur pays au cours de la Guerre mondiale » (« This window is erected in honour of all men and women of Canada who endured service in The World War ».) La figure centrale est Miss Canada, représentée sous la forme d'un ange, tenant à la main gauche le symbole de la paix et à la main droite la couronne de laurier, décidée à poursuivre l'idéal selon lequel « le droit, et non la force, doit régir le monde » (« right not might shall rule the world »). Les événements historiques sont la mort de Wolfe sur les Plaines d'Abraham en 1759, l'arrivée de Jacques Cartier, le retour des Loyalistes de l'Empire-Uni, la fondation de Fort Garry (Winnipeg) et la mise en place du dernier clou du Canadien Pacifique à Craiglachie, en C.-B.

Ajouter ou mettre à jour l’information


Inscription sur le mémorial

[All Canada Window/Vitrail pancanadien]
This window is erected in honour of all men and women of Canada who endured service in the World War

[The Sailor/Le Marin]
ERECTED BY
IN LOVING MEMORY OF HIS WIFE

[The Airman/L’Aviateur]
W.J. POULTON
MARY ELLEN MAY POULTON, 1942

**The Sailor and The Airman inscription must be combined./Les inscriptions concernant Le Marin et L’Aviateur doivent être combinées.

[The Soldier/Le Soldat]
ERECTED BY THE
AMPUTATIONS ASSOCIATION OF CANADA

[The Nurse/L’Infirmière]
ERECTED BY
NURSING SISTERS

Vue sur la rue

Les cartes pourraient être disponibles en anglais seulement.

Note

Ces renseignements sont fournis par des collaborateurs. Anciens Combattants Canada fournit ces renseignements à titre de service au public. Anciens Combattants Canada ne peut garantir l’exactitude, la fiabilité ou l’actualité du contenu.

Date de modification :