Sélection de la langue


Recherche sur veterans.gc.ca

Caporal (à la retraite) Raymond Goodchild

Le caporal (à la retraite) Raymond Goodchild est né à Nipigon, en Ontario. Il a vécu dans la Première Nation de Pawgwasheeng Pays Plat pendant la majeure partie de sa vie. Sa sœur a servi dans les Forces armées canadiennes (FAC), ce qui l'a incité à s'enrôler. Il a servi dans les FAC de 1979 à 1983 et a soutenu la mission de maintien de la paix des Nations Unies à Chypre. Bien que le Cpl Goodchild ait quitté les FAC en 1983, il continue de servir en apportant du soutien à sa communauté locale.

Partager cet article sur :
Raymond Goodchild

Raymond Goodchild est arrivé à Chypre en 1980, et a immédiatement commencé à appuyer la mission de maintien de la paix des Nations Unies. Il y est resté six mois et se souvient d'un étrange mélange de sentiments : la peur et le désir d'aider de toutes les façons possibles. « J'étais toujours prêt à partir, à sauter dans l'action, tout ce dont ils avaient besoin... J'étais prêt à faire n'importe quoi, n'importe quand. »

Pendant sa mission à Chypre, Raymond Goodchild a servi sur la célèbre ligne verte, une ligne de cessez-le-feu et une zone tampon, qui s'étend d'un bout à l'autre de l'île et qui sépare les régions contrôlées par les Grecs de celles aux mains des Turcs. Les forces de maintien de la paix des Nations Unies patrouillaient dans la fragile zone tampon. Des tirs d'armes à feu se faisaient régulièrement entendre, et les soldats de la paix canadiens étaient chargés de maintenir la paix autant que possible.

Le caporal Raymond Goodchild participe à la mission de maintien de la paix des Nations Unies à Chypre en 1980.

L'opération de maintien de la paix à Chypre est en cours depuis 1964, ce qui en fait l'un des engagements militaires à l'étranger les plus longs et les plus connus du Canada. Un important contingent canadien a servi sur l'île de 1964 à 1993, et quelques soldats des FAC sont toujours présents aujourd'hui alors que les efforts de paix des Nations Unies se poursuivent. Au total, plus de 25 000 membres des FAC ont servi à Chypre au fil des décennies.

Parmi eux, 28 y ont laissé leur vie, payant le prix ultime dans les efforts de notre pays pour aider le peuple de ce pays. La perte de vies canadiennes à Chypre démontre de la manière la plus profonde le dévouement de nos militaires à leur mission et à leur pays.

À son retour au Canada, le caporal Goodchild a continué à servir dans les FAC au pays. Il a participé à des opérations d'entraînement dans tout le pays, et a travaillé avec certains de nos principaux alliés, comme les forces américaines et britanniques lors d'exercices d'entraînement. Une chose dont il se souvient très bien est l'ampleur et la force des forces armées américaines et britanniques. « Je me souviendrai toujours de la taille des navires et des machines des Alliés », dit-il.

« J'ai vraiment aimé mon service... La course, le jogging, les chants, la camaraderie... la bande de frères. Cela me manque. »

Pour son service, Raymond Goodchild a reçu la Médaille de la Force des Nations Unies à Chypre, la Médaille canadienne du maintien de la paix et une médaille canadienne des vétérans autochtones. Raymond Goodchild a une opinion positive sur son expérience au sein des FAC. « J'ai vraiment aimé mon service. J'ai adoré être en forme! La course à pied, le jogging, les chants, la camaraderie... la bande de frères. Cela me manque. »

Un échantillon des souvenirs de Raymond Goodchild à l'époque où il était dans les FAC, y compris ses médailles.

En quittant les FAC, Raymond Goodchild a tourné ses efforts vers le soutien à sa communauté locale, la Première Nation de Pawgwasheeng Pays Plat. Il se souvient d'avoir rencontré un Aîné peu après son retour chez lui. « Je me souviens qu'il m'a demandé pourquoi un homme intelligent comme moi se promenait les mains dans les poches », explique Goodchild en riant. L'Aîné pensait que Raymond ferait un excellent mentor dans sa communauté, en particulier pour les jeunes – il est donc allé à l'école et a obtenu un diplôme en travail social. Il est actuellement intervenant en soutien familial et travaille dans le domaine des services sociaux depuis 33 ans. Il est également actif sur la scène politique dans sa communauté, et a été chef pendant deux ans. En 2008, il est devenu conseiller municipal, un poste qu'il occupe encore aujourd'hui.

Le rôle de Raymond Goodchild en tant qu'intervenant en soutien familial consiste à partager son histoire avec les jeunes de la région, à soutenir les programmes de prévention, à animer des ateliers, à intervenir en situation de crise, à transporter les membres de la communauté aux séances de conseil et à agir comme une ressource à laquelle les membres de la communauté peuvent s'adresser pour toutes sortes de questions. « Les gens dans la communauté savent que s'ils ont besoin d'un coup de main, je peux être là pour les aider. J'ai à cœur les intérêts de ma communauté. »

« J'ai servi mon pays, et maintenant il est temps de servir ma communauté. C'est une autre façon de servir. »

Il est clair que le mot « service » signifie beaucoup pour Raymond Goodchild. « J'ai servi mon pays, et maintenant il est temps de servir ma communauté. C'est une autre façon de servir. » En vieillissant, on devient plus sentimental et on ressent plus de compassion... et c'est vraiment l'essence du monde, la paix et l'amour. Et prendre soin des personnes vulnérables. Nous ne pouvons pas les laisser de côté. »

Créée en 2008, la Journée nationale des Gardiens de la paix offre aux Canadiens l’occasion d’exprimer leur fierté et leur gratitude à l’égard du personnel des FAC, de la Gendarmerie royale du Canada, et des services de police provinciaux et municipaux. Elle souligne également le travail des diplomates et des civils canadiens qui ont appuyé les opérations internationales de paix et de sécurité.

Avec courage, intégrité et loyauté, le caporal à la retraite Raymond Goodchild a laissé sa marque. Il est l’un de nos vétérans canadiens. Explorez d’autres histoires.


Date de modification :