Après l'Armistice

L'Armistice du 11 novembre 1918 fut un profond soulagement pour le monde entier, car c'est un horrible cortège de mort, de destruction et de misère qui prenait fin, et c'était la fin de ce qui avait été, en réalité, une guerre mondiale. Soixante-cinq millions d'hommes de trente nations avaient porté les armes, au cours de ce conflit, plus de dix millions y ont fait le sacrifice de leur vie, vingt-neuf millions ont été soit blessés, soit capturés ou ont été portés disparus; du point de vue financier, le coût en fut évalué en centaines de milliards de dollars. Ce fut un conflit vraiment sans précédent.

Cette « Grande Guerre » constitua aussi un jalon dans l'évolution de notre pays en tant que nation. En 1914, le Canada était entré en guerre à titre de colonie, comme un simple prolongement d'outre-mer de la Grande-Bretagne; en 1918, il se dirigeait manifestement vers le statut de nation. Le Canada était entré en guerre avec une division de citoyens-soldats sous les ordres d'un général britannique, mais, à la fin de la guerre, notre pays avait une magnifique armée sous les ordres de l'un de ses propres fils.

De la part d'un peuple de huit millions d'habitants, l'effort de guerre du Canada avait été remarquable. Plus de 650 000 Canadiens et Canadiennes ont porté l'uniforme militaire au cours de la Première Guerre mondiale. De ce nombre, plus de 172 000 furent blessés et plus de 66 000 autres sont décédés. Presque un Canadien sur dix ayant pris part à la guerre ne revint donc jamais au pays.

Ce sont ses exploits de temps de guerre qui ont valu au Canada de pouvoir apposer sa propre signature sur le Traité de paix, ce qui veut dire que notre pays avait atteint le statut de nation. Ce statut nous a été mérité par les vaillants combattants d'Ypres, de la tranchée Regina, par ceux qui montèrent à l'assaut de Vimy et capturèrent Passchendaele et entrèrent à Mons, le 11 novembre 1918.

Date de modification :