Recherche

Recherche

(recherche avancée)
Options de recherche avancée

Résultat de recherche

200 résultat(s) pour votre recherche -
En Hollande d'octobre 1944 à mai 1945

En Hollande d'octobre 1944 à mai 1945

M. Doiron décrit une action difficile de nuit pour prendre le pont de Nimègue en Hollande.

On ne peut pas oublier la Seconde Guerre mondiale

On ne peut pas oublier la Seconde Guerre mondiale

M. Doiron parle des commandos et à quel point ils étaient efficaces à se déplacer sans faire de bruit.

La ligne de front et le repos

La ligne de front et le repos

M. Doiron se rappelle qu’il passait plus de temps au front qu’au repos.

Les biscuits hard tack, le corned beef et la soif

Les biscuits hard tack, le corned beef et la soif

M. Doiron parle de nourriture au front et que bien qu’ils n’avaient pas des repas très élaborés, la soif les affectait plus que la faim.

Un camarade tué par un obus

Un camarade tué par un obus

M. Doiron raconte la mort tragique d’un camarade lors d’un repas au front en Belgique.

Blessé plus d'une fois

Blessé plus d'une fois

M. Doiron décrit comment il a été blessé en Belgique.

Le port d'Anvers en Belgique

Le port d'Anvers en Belgique

M. Doiron explique que ses supérieurs ont soigneusement choisi les hommes qui allaient devoir prendre le quai à Anvers.

Les Français étaient contents

Les Français étaient contents

M. Doiron se rappelle que les Français rencontrés étaient contents d’être libérés.

Des gros camions trois jours après

Des gros camions trois jours après

M. Doiron mentionne qu’ils ont compris après le débarquement pourquoi les camions avaient été modifiés.

25 000 prisonniers à Falaise

25 000 prisonniers à Falaise

M. Doiron explique qu’à la bataille de la poche de Falaise, les Allemands ont reçu l’ordre de se battre malgré qu’ils étaient encerclés.

Perdre des camarades

Perdre des camarades

M. Doiron se souvient avoir perdu plusieurs hommes du North Shore Regiment le 6 juin, mais les hommes ont souvent su qu’après la guerre comment certains camarades sont décédés.

Le 6 juin 1944, l'avance

Le 6 juin 1944, l'avance

M. Doiron décrit son débarquement à Saint-Aubin-sur-Mer tôt le 6 juin 1944, et des actions d’autres groupes qui ont précédé et suivi le débarquement.

Date de modification :